Municipalité 2013 à l'Un: La Rb, la bête à abattre

Publié le par gilmax

Nicéphore Dieudonné SogloLa séquence électorale des prochaines communales présente déjà sa face vengeresse. Tous les regards semblent revanchards à l'encontre de la Renaissance du Bénin (Rb). En effet, la formation politique de «maman» est présentée à tort ou à raison, comme la plus traître du conglomérat de partis, dénommé Union fait la nation (Un). Les ex-compagnons de fortune des Soglo semblent avoir hâte de faire payer le prix à la Rb en lui arrachant la municipalité de Cotonou.

 

Si certains n'osent pas le clamer haut et fort, les rumeurs attribuent déjà des propos de potentiel bourreau des Rb à Adrien Houngbédji, le porte-flambeau du regroupement de partis lors des dernières élections présidentielles.

La volte-face de la Rb aux lendemains des échéances présidentielles de 2011 ne porte aucun germe de renforcement du climat de confiance entre les anciens partenaires de l'Un. Toute chose qui fait dire que ces derniers se sentant trahis ne laisseront jamais ce coup politique impuni. La sanction sera certainement tramée sur le terrain politique. Lutter corps et âme, faire feu de tous bois pour que l'hôtel de ville file entre les doigts de l'actuel locataire.

Etant dit aussi que Léhady Soglo, l'actuel président de la Rb était le directeur de campagne de Adrien Houngbédji, il a sans doute reçu ce virement comme un coup de massue et mieux comme le signe d'une réelle hypocrisie de la part des «Houézèhouè». Une raison de plus pour que le leader des Tchoco-Tchoco ait gardé dent contre la famille politique dirigée par Léhady Soglo. Tout sauf un nouvel acte de réconciliation, la Rb apparaît aujourd'hui comme la bête pestiférée qu'il faut indubitablement éliminée.

Mais réussiront-ils leur exploit? Réaliseront-ils leur rêve cher de déloger les Soglo de l'hôtel de ville de Cotonou? la bataille électorale des municipale de 2013 s'annoncent donc rude et époustouflante à Cotonou. Face à ces bras de fer en perspective, beaucoup d'analystes présagent que des leaders politiques pourront oublier le véritable combat. Celui de protéger les fiefs afin d'éviter d'éventuelles déconvenues.

Lesquelles dispositions qui pourront permettre aux anciens acolytes de la Rb d'avoir la voix au chapitre lors de la grande bataille de 2016. Car la chasse aux sorcières ne paie guère en réalisme politique. A bon entendeur!

Jonas DETONDJI / Option Infos

Publié dans politique

Commenter cet article