Moukaram Océni à propos de la main tendue de Yayi à l’Un: « Au Prd, nous n’allons jamais décevoir nos militants »

Publié le par gilmax

Le maire de la ville de Porto- Novo, Moukaram Océni, a abordé diverses questions dont les élections municipales de 2013, sa gestion des affaires municipales, les grands travaux d’assainissement lancés çà et là, la main tendue du président Yayi à l’Un. Le prochain congrès du Prd n’a pas non plus été occulté.

 

 

Actuellement, Porto- Novo est en chantier non seulement sur fonds propres de la mairie, mais également grâce au financement de la Boad. Quelle garantie de bonne exécution des travaux surtout que les pluies s’annoncent pour bientôt ?

D’abord je souhaite à vous et à vos lecteurs, une heureuse et prospère année 2012, une année pleine de santé et de bonnes réalisations pour chacun de nous. Si je reviens à votre question, évidemment, nous l’avions annoncé dans notre speech à la ville, à l’orée de la nouvelle année, que 2012 sera une année de grands travaux dans la ville comme ce que nous avons vécu en 2009 et en 2010, à l’occasion du cinquantenaire de l’accession de notre pays à l’indépendance. Nous allons avoir plein de travaux. Puisqu’il y en a beaucoup actuellement et rassurez- vous, ce n’est pas que sur budget de la mairie de Porto- Novo, ce n’est pas que la Boad, le gouvernement également y participe. Evidemment, il y a la ville, mais le gouvernement aussi participe comme la voie Saint Pierre- Paul actuellement en chantier. La voie de Guévié, elle concerne uniquement la ville. Il y a des travaux de la Boad dans lesquels interviennent la ville, la Boad et l’Etat béninois. Il faut reconnaître à César ce qui appartient à César. Je crois que, c’est les grands travaux d’assainissement, de pavage et de réalisation de grands collecteurs dans certains quartiers comme la zone de Djègan- Daho, Tchinvié, Sèdjèko et autres qui ont démarré depuis le 5 décembre dernier dans leur effectivité, quand bien même on a fait la cérémonie de lancement bien après. Déjà aujourd’hui, les travaux sont à près de 25% de réalisation. Je crois que les prochaines pluies s’annoncent pour juin et juillet et début août. Je crois qu’on aurait vraiment atteint des niveaux significatifs avant les prochaines pluies où on sera obligé de travailler les jours où il ne pleut pas.

Vous avez certainement d’autres priorités pour cette année…

Comme je vous l’ai dit, 2012, c’est l’année des grands travaux. D’ici un mois, nous allons annoncer et célébrer la cérémonie de lancement des travaux de la construction de l’hôtel de ville de la capitale du Bénin. C’est un bâtiment majestueux qui a été sélectionné suite à un concours d’architecture qui a duré 6 mois. C’est vraiment le top au niveau du plan architectural. Ce sera l’un des plus beaux joyaux d’édifice public au niveau municipal dans la sous-région ouest africaine. En dehors de ça, nous avons un grand parc d’attraction qui sera installé sur la berge Est de la ville sur un espace de 1, 5 ha, le financement étant gracieusement offert par la Boad. C’est un parc pour les jeunes et adultes, il y aura une plage aménagée pour des gens qui veulent se récréer les week-ends. C’est un investissement de près d’un milliard et les travaux vont démarrer d’ici un mois. Vous allez aujourd’hui au niveau du Centre de réinsertion des jeunes et de la promotion de l’emploi qui se trouve à la place Bayol, le wifi marche pendant que les agents sont au poste. Nous aurons le projet d’adressage de la ville où chaque porte de Porto- Novo sera identifiée. Chaque porte aura un numéro et chaque rue, un nom. Ça permet de maîtriser le foncier et notre assiette fiscale au niveau de la ville. Ce projet est financé par l’Aimf, le grand Lyon, Cergy pontoise et la ville de Porto- Novo.

2012, c’est la veille de 2013 et beaucoup parient que vous allez mettre votre expérience une fois encore au service de la ville.

A ce niveau, ce n’est pas moi qui décide. Vous savez, la ville a confié au conseil municipal une mission depuis juin 2008, une équipe qui est à la tête de la ville et qui la gère avec les moyens dont nous disposons. Cette mission prendra fin d’ici un an quelques mois. Je crois qu’il s’agira pour nous de rendre compte à la population de ce que nous avons pu réaliser pendant cinq ans. C’est à elle de dire la suite et je crois que par rapport à ça, je suis en train de l’accomplir. Notre priorité principale, c’est de réussir cette mission. Mon expérience est que forcément, en tant qu’opérateur économique, avant de me remettre dans ce secteur public, j’ai eu le temps d’observer et le temps d’apprendre au départ. Mais après, ça a pris et nous avons essayé de faire ce que nous pouvons par rapport aux moyens dont nous disposons et également par rapport à l’accompagnement du gouvernement, même si c’est difficile. On a quand même pu avoir aujourd’hui la voie du cinquantenaire. Aussi, avons nous eu d’autres choses par rapport à certains partenaires qui nous accompagnent à savoir la Boad, la Banque mondiale et d’autres bailleurs de fonds. De même, la coopération décentralisée nous a vraiment appuyés, surtout dans la gestion des déchets. Si vous voyez aujourd’hui que la ville de Porto- Novo se retrouve parmi les villes les plus propres, c’est parce que nous avons des formations qui se font presque tous les joursen matière de gestion des ordures et au niveau de la planification urbaine. Ce qui nous permet de mieux planifier l’aménagement du territoire.

Si l’expérience était à reprendre ?

(Rire)… Je considère que j’ai une mission pour le moment que nous sommes en train d’exécuter avec l’équipe municipale et que le Seigneur nous accompagne pour qu’elle soit une réussite.

Le Parti du renouveau démocratique (Prd). C’est bientôt le congrès et beaucoup s’attendent à ce que le parti des Tchoco- tchoco saisisse la main tendue de Yayi Boni ?

Je pense qu’il y a beaucoup de spéculations de plus en plus dans notre pays quant à une certaine main tendue du président Yayi. Je crois qu’il faut faire confiance au Prd. C’est l’un des premiers partis du pays et il faut faire confiance aux dirigeants et au bureau exécutif. Nous n’allons jamais décevoir nos militants, ni nos sympathisants. Chaque cinq ans, le Prd organise son congrès. Si on ne l’avait pas fait plus tôt, c’est parce que ça coïncidait avec les élections. C’est pour ça qu’on l’a programmé dès les premières heures de 2012. Vous vous rappelez, on a tenu notre dernier congrès en 2006 au musée da Silva. Je crois que vous avez suivi les grandes décisions qui ont été quand même mises en application. Donc, il faut être patient. Il faut laisser les militants se réunir à nouveau pour prendre des décisions allant dans le sens de la bonne marche du parti. Il y a de grandes réflexions qui sont en cours dans toutes nos structures horizontales comme verticales, et vous aurez bientôt les fruits de nos réflexions. Nous allons rester égal à nous- même, c’est-à-dire un parti qui se respecte.

Propos recueillis par T.G.R

Publié dans actualité

Commenter cet article