Huis clos des membres de la Représentation nationale :Les dessous du conclave des députés de la mouvance

Publié le par gilmax

  Les députés de la majorité parlementaire étaient en conclave hier mercredi 25 janvier 2011 à l’Infosec à Cotonou. De sources concordantes, on apprend qu’ils envisagent de demander dans les tout prochains jours la tenue d’une session extraordinaire au Parlement devant porter sur la révision de la Constitution du 11 décembre 1990.Les élus des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) ont discuté hier de plusieurs questions relatives à la politique nationale. Ces députés appuyés par d’autres élus membres de la Renaissance du Bénin (Rb) souhaitent en effet l’ouverture d’une session extraordinaire au Parlement du 20 février au 05 mars 2012. Selon nos sources, six (06) points devront être inscrits à l’ordre du jour. Il s’agira entre autres de la révision de la Constitution du Bénin, de l’étude du projet de loi portant découpage territorial en République du Bénin et du vote d’une loi sur l’amélioration de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi). L’Assemblée nationale devra également procéder au cours de la même session, à la ratification de certains traités auxquels l’Etat béninois a adhéré. Ce mercredi, les députés proches de la majorité présidentielle ont par ailleurs réfléchi sur les réformes initiées par le gouvernement de la Refondation dont celles en cours au Port autonome de Cotonou. Les difficultés liées au fonctionnement du Guichet unique, à la mise en œuvre du Programme de vérification des importations (Pvi), nouvelle génération ont en effet été soulevées. Assistés de plusieurs membres du gouvernement dont le ministre de la Réforme administrative, Martial Souton, le ministre chargé des Relations avec les institutions, Safiath Bassabi et de l’ancien patron du département de l’Economie maritime, Jean-Michel Abimbola, les députés ont proposé des solutions pouvant, selon eux, aider l’Exécutif à parfaire et réussir les grandes initiatives lancées. Les mêmes sources confient que ces élus du peuple ont analysé d’autres sujets brûlants de l’actualité nationale. Ils ont notamment apprécié les mouvements sociaux qu’observent plusieurs syndicats de l’enseignement primaire et secondaire et l’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab). Et mesurant les conséquences fâcheuses que peut avoir toute paralysie du service public sur le processus du développement, les députés des Fcbe et certains de leurs alliés de la Rb ont plaidé pour que le Bénin ne retombe dans le cycle infernal des mouvements de débrayage.

AS


Publié dans politique

Commenter cet article