Les Soglo et la Renaissance du Bénin font durer le suspense

Publié le par gilmax


JPEG - 14.1 ko
Nicéphore D. Soglo

La Renaissance du Bénin (Rb) continue d’être un os dans la gorge de l’Union fait la nation (Un). Après l’entrée de l’He Boniface Yéhouétomè dans le bureau de la 6ème législature au poste de 2ème vice-président, les relations sont mal en point entre la Rb et l’Un. Et comme on ne saurait condamner quelqu’un sans l’avoir écouté, les membres de l’Union fait la nation ont pris leur mal en patience pour écouter les membres de la Rb avant de prendre une décision. A ce titre, une réunion a été convenue hier pour clarifier les positions. Déjà lundi dernier, la conférence des présidents de l’Un dans un communiqué de presse a fait état de ce qu’il ne reconnaît pas l’honorable Boniface Yéhouétomè comme son représentant dans le bureau de l’Assemblée nationale. Mais contre toute attente, les députés de la Rb n’ont pas répondu hier à l’appel de leurs alliés. Il s’agit du Psd, du Madep, de Force-Clé et du Prd. La raison évoquée, d’après des sources très bien informées, est que les députés de la Rb entendent discuter d’abord avec le président Nicéphore Soglo. Ce dernier est rentré hier d’un voyage. Mieux, le président maire n’acquiesce pas le comportement de ses poulains. Et de sources dignes de foi, il menace. Ce n’est qu’après cet entretien que le président maire aura avec les ténors de l’Un qu’un dénouement pourrait être envisagé. Autrement dit, la rencontre de l’Un sera restreinte à Amoussou Bruno, Kolawolé Idji, Lazare Sèhouéto, Adrien Houngbédji et Nicéphore Soglo. Si les membres de l’Un n’ont pas encore pris une décision, ce n’est que par respect au président Nicéphore Soglo. Sinon, les membres de l’Un sont prêts à continuer le combat politique sans les initiateurs de l’Un à savoir la Rb.

En attendant, les autres alliés de la Rb s’impatientent. Pour la simple raison, qu’une plénière s’ouvre à l’Assemblée nationale ce jour. Et le président de l’Assemblée nationale, Mathurin Nago va continuer les travaux pour la formation des groupes parlementaires et la désignation des présidents des commissions. L’Un doit savoir sur quel pied dansée : soit avec la Rb, soit sans la Rb. Et le schéma n’est pas le même dans l’un comme dans l’autre des cas. Autant de raisons qui pressent les alliés de la Rb à faire la lumière sur cette situation. Visiblement, à la 6ème législature, il n’y aura pas de place pour la politique d’autruche.



26-05-2011, Charles YANSUNNU

LA FRATERNITE

Publié dans politique

Commenter cet article