Cinq questions à l’ancien député Zacharie Yolou « L’entrée de la Rb au gouvernement est salutaire »

Publié le par gilmax

yolou-copie-1.jpgDéputé aux 4ème et 5ème législatures, Zacharie Yolou ne siégera pas à la 6ème législature. Il donne ici la lecture qu’il fait de la formation du 1er gouvernement du 2ème quinquennat de Boni Yayi et de la 6ème législature. Selon ses propos, le chef de l’Etat n’a d’ennemis que la pauvreté et chaque Béninois doit donner la pleine capacité de sa mesure pour la refondation du Bénin.

Le 1er gouvernement du 2ème quinquennat du Dr Boni Yayi vient d’être formé. Quelle est votre appréciation de ce gouvernement ?

Je crois que le chef de l’Etat est de ceux qui tiennent leurs promesses. Il avait dit qu’il sera regardant sur le quota des femmes. Je constate que c’est bien ce qu’il a fait. Ensuite, le chef de l’Etat a essayé dans la mesure du possible de réduire le train de vie de l’Etat. C’est un effort, ce n’est pas facile. Et, il faut le reconnaître. Globalement, j’ai l’impression que le chef de l’Etat est soucieux de respecter ses engagements. Vous savez dans la formation d’un gouvernement, on a envie de faire plusieurs postes ministériels vu que les tâches sont immenses. Partagé entre la création de plusieurs postes ministériels et les questions d’Etat, il a choisi de réduire le nombre des ministères. Toute chose pour tenir dans cet effort de réduction du train de vie de l’Etat. Ce n’est qu’un début. Cela doit se poursuivre. Rien n’est définitif. L’autre chose, est qu’on n’a pas forcément besoin d’être du domaine avant d’être nommé. Il suffit d’avoir un bon niveau de culture et d’ouverture. Et, il faut travailler en équipe. C’est vrai qu’il y a certains ministères ou c’est tellement pointu comme les finances et la santé, et le chef de l’Etat fait cet effort. Le reste, si c’est quelqu’un d’une culture très élevée et ouvert aux suggestions, je pense que cela peut aller.

Que dites vous alors de l’entrée de la Rb au gouvernement ?

Le chef de l’Etat a toujours prôné l’ouverture. Il a toujours dit qu’il n’a d’ennemis que la pauvreté. La misère, c’est son ennemi. A part cela, il n’a plus d’ennemis. Je ne suis pas étonné de voir la Rb entrer au gouvernement. Je ne suis pas surpris de voir Boni Yayi accepter l’opposition dans le gouvernement. Et j’en suis fier. Il n’y a que ça. Nous devons travailler ensemble. Et ce geste fait par le chef est salutaire.

Quel regard avez-vous de la 6ème législature ?

C’est une législature qui présage d’un bon fonctionnement et nous souhaitons que la 6ème législature fonctionnera mieux que toutes les précédentes. Je constate que pour la plupart des gens que je connais et que j’ai côtoyé, ce sont des travailleurs. Il y a beaucoup que je connais qui sont revenus. Il y a d’autres qui n’ont jamais été députés qui font leur premier pas et que je connais bien et qui travaillent aussi. Je présume qu’ils vont donner la pleine capacité de leur mesure pour que cette législature tienne.

Quelle a été la cause de votre échec aux élections législatives ?

C’est de par mon positionnement. Vous savez très bien pour que je sois député, il a fallu que d’autres acceptent que j’occupe une certaine position. Pourquoi ne pas accepter à mon tour que d’autres occupent celle que j’avais occupé pour être député. Ce n’est pas nécessairement les promesses. C’est justement parce que les gens s’étaient sacrifiés. Et, il faut toujours des gens pour se sacrifier. Dieu le recommande également.

Un mot pour conclure

Je souhaite une santé très excellente au Dr Boni Yayi, pour tous les efforts qu’il fait en vue de la refondation de notre pays. Je souhaite que chacun apporte le meilleur de lui-même. Les nouveaux ministres, l’Assemblée nationale, toutes les institutions ainsi que chaque cadre et chaque citoyen à quelque niveau où il se trouve doit donner l’exemple comme le président le fait pour que nous puissions tous ensemble combattre la pauvreté qui est notre ennemi commun.

 

Charles YANSUNNU

la fraternité

Publié dans actualité

Commenter cet article