Le gouvernement explique les raisons de l’audit du nouveau siège de l’Assemblée nationale

Publié le par gilmax

La construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale va faire l’objet d’un audit. L’information annoncée à l’issue du conseil des ministres du vendredi 4 novembre a été confirmée ce mardi 8 novembre. Au cours d’une conférence de presse commune, le ministre de la Justice, Joseph Djogbénou, et son collègue du Cadre de vie, Didier Tonato, ont apporté quelques précisions au sujet de cette démarche du gouvernement.

“Au regard de tous ces dysfonctionnements qui sont nés d’une maîtrise d’ouvrage déléguée approximative et d’une maîtrise d’ouvrage intempestive au niveau le plus élevé de l’Etat, le gouvernement a pris ses responsabilités pour faire le point de la gestion précédente et situer les responsabilités techniques et financières au niveau de tous les acteurs impliqués dans la gestion, la conduite et la mise en oeuvre de ce projet”, a expliqué Didier Tonato.

L’objectif de cette démarche, explique le ministre de de la justice est de rechercher et trouver tous les fautifs dans ce dossier qu’il qualifie de “musée de la corruption” et qui expose l'État à une condamnation à une amende de quelques 32 milliards de francs. “Il faut bien à un moment donné engager des discussions en vue de faire en sorte que l’Etat expose moins ces deniers. Le président de la République est donc à la fois dans la démarche de la conciliation responsable, la négociation responsable, de l’évaluation responsable et des poursuites responsables”, a-t-il précisé.

Démarrée en 2008, les travaux de construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale ont été plusieurs fois suspendus puis relancés. Alors que le chantier avait été lancé pour une durée d’exécution de deux ans et devrait coûter un peu plus de 18 milliards, il n’est toujours pas achevé à cause d’une succession de malversations. En annonçant l’audit de la construction de ce nouveau siège, le gouvernement en suspend les travaux qui ne reprendront qu’à la publication des résultats de l’enquête. Ils étaient jusque-là confiés au Génie militaire après la défaillance des entreprises.

Maurice Thantan

Commenter cet article